26 juillet 2008

Et Dieu ?

Tiens ba parlons-en, justement ! Essayons de le comprendre.

Je ne parle pas de son message, ni de débattre sur son existence. (On aura bien beau se creuser la tête là-dessus, y’en aura toujours qui y croiront et d’autres non.)

Non, je veux juste savoir : Si Dieu a fait l’homme à son image, il doit donc être à la base... un homme. Un grand homme même ! (Ba vi, vu qu’il est Dieu.)

Mais donc, dans ce cas, pour comprendre Dieu, il faut d’abord comprendre l’homme.

 

Très bien docteur, intéressons-nous à l’homme.

 

Alors, l’homme née bébé. Jusqu’ici, tout est clair. Mais comment ça fonctionne un bébé ?

Et bien déjà, celui-ci n’a aucune notion de la vie, il est dedans, il est en train de la vivre, mais n’y comprend pas grand-chose, et encore moins la signification.

Il ne s’est pas encore créé sa vision du bien et du mal (qui, je tiens à le préciser, dépend du point de vue de chacun).

Son esprit n’est basé que sur des besoins primaires et pulsionnels qui se résument à :

 - L’affection maternelle.

 - La nourriture.

 - La découverte de son milieu.

 - La découverte de soi.

 - Et aussi remplir ses couches.

C’est ainsi que l’homme débute sa vie.

Bon, nous connaissons tous le parcourt à subir : enfance, adolescence et adulte.

Au fil de ce petit parcours, l’homme bénéficiera  d’un apprentissage basé sur l’éducation des parents et le vécu.

C’est grâce à tout ceci qu’il modèlera ainsi sa propre personnalité.

La personnalité, c’est comme une boule de pâte à modeler qui peut durcir avec le temps tout en gardant la capacité d’être modelable.

Par exemple, si on jette violement la boule contre un mur, sa forme va s’en retrouver soudainement cassé.

Il en ait de même pour un adulte, ayant vécu une expérience tellement violente qu’il s’en retrouve  psychologiquement « cassé ». Ou si vous préférez, « traumatisé ».

Cela fait parti des tristes aléas de la vie mais heureusement moins courant que les échecs.

Les échecs qui, au passage, sont tout aussi essentiels que les victoires, car ils nous permettent d’en tirer de l’expérience.

 

L’expérience, l’expérience, cette curieuse chose immatérielle mais tellement essentielle.

 

Mais… « Où veux-tu en venir ? » Me direz-vous.

Et Dieu là dedans ?

Et bien justement, si je me réfère à

la Bible

(je ne citerai que cette dernière n’ayant pas lu les deux autres livres.), je vois qu’il y a deux testaments.

Le premier, dit « l’Ancien Testament », nous parle d’un Dieu créant Ciel, Terre, Flore, Faune, Paysages, Océans,… et l’Homme.

L’Homme, son « œuvre d’art », son petit chouchou, son préféré de tous.

Mais il se sentait bien seul l’Homme, il s’ennuyait. Alors pour la peine, Dieu lui créa

la Femme.

(Mesdames, soyez heureuses d’apprendre que vous aviez été créées parce que sans vous, on s’emmerderait grave.)

Bon, tout le monde connaît l’histoire : « Mangez tout ce que vous voulez, sauf le fruit de l’arbre de la connaissance. »

Première bêtise de Dieu : Pourquoi cet arbre était-il si accessible ? Et sans surveillance ?! Il aurait dut prévoir que son p’tit couple serait un peu trop curieux !

Bon là, ce n’était pas la faute à la curiosité, c’était la faute du serpent.

Le problème avec cette histoire, c’est que Dieu voulait que l’Homme soit vide d’esprit, tout gentil, tout mignon enfin en gros docile.

Pourquoi il en a pas fait autant avec tout les animaux ? Surtout le serpent ?

Ca aurait évité pas mal d’emmerdes.

Sinon bin… du coup, une fois le fruit mangé, Dieu, super énervé comme pas deux, vire ses deux plus belles créations du jardin d’Eden.

 

Ensuite vint Caïn, Abel, Seth et toutes la population humaine. (Sortis d’on n’sait où vu qu’Adam et Eve n’avaient que des fils.)

Bon, on ne pouvait pas dire que ce fût une joyeuse bande de gais lurons. La violence et le vice régnaient : une véritable orgie à l’échelle planétaire.

Face à tout ça, il est clair que le moral de Dieu en prit un coup. Il utilisa alors les grands moyens : Un putain de déluge dans leurs gueules !

Mais il avait un plan de secours : La fameuse Arche de Noé.

Qu’est-ce que l’Arche de Noé ? Vous ne le savez pas bande d’incultes ?

C’est en fait un bateau en bois, construit par Noé et sa famille (les seuls gens bons (fromage) de la planète), comportant un couple de chaque espèce animale (même les punaises) dont le but est de repeupler

la Terre

après le déluge.

Y’a tout de même une chose qui m’interpelle là, est-ce que Dieu misait sur l’inceste (c’est tout de même une famille d’hommes et qu’un couple par animaux) pour repeupler le monde ? Ca ne va pas à l’encontre de la morale prônée dans les textes sacrés ça ? Cette même morale venue de Dieu lui-même ?

Bon, on n’a qu’à dire que c’était super urgent à l’époque.

Sinon, après les faits,

la Terre

fut repeuplée de nouveau. Yipiii Youhouuu !

Mais pas mal de choses ne vont pas quand même.

Par exemple, les villes de Sodome et Gomorrhe qu’il a été obligé de détruire.

Ou les dix méchantes plaies qu’il a affligé à l’Egypte.

Et j’en passe et des meilleurs.

 

En gros, si on observe l’Ancien Testament dans sa globalité, on y voit déluge, ravage, plaies, châtiments… et toutes sortes d’autres évènements causés par un Dieu super sévère.

C’n’était pas joyeux l’Ancien Testament.

 

Et là, arriva le Nouveau Testament, contant l’histoire de Jésus Christ. (dit le Messie et/ou Fils de Dieu)

 

Jésus était bon, un vrai cœur d’or, une sagesse incroyable, un sens de la parabole super développé et une humilité qui force le respect. (par exemple, malgré son statut, il n’hésita pas à laver les pieds de ses disciples.)

Mais le plus étonnant fût le nouveau visage de Dieu qu’il enseigna :

Un Dieu de paix, d’amour et surtout de pardon.

Un changement bien brutal ma foi !

Mais pourquoi au juste ? Se serait-il au final rendu compte de ce qu’il a fait ? (Par exemple, en Egypte, il tua tout les premiers nés, ce qui n’était pas rien.)

Aurait-il eu du remord ? Ou s’est-il rendu compte que ses techniques étaient peut-être à revoir ?

Pourquoi pas après tout ! J’avais bien précisé tout à l’heure que les échecs sont tout aussi importants que les victoires.

Et Dieu a sûrement dut pas mal se remettre en question par rapport à ses échecs passés.

Comment expliquer autrement ce changement ?

 

Bon j’en vois déjà certains me dirent « De quel droit oses-tu juger Dieu ? »

Et bien moi je leur réponds « de Dieu lui-même. »

Ba oui, s’il m’a donné la capacité de réfléchir, me poser des questions sur lui, si en ce moment je peux taper ce texte en toute impunité, exposer mon point de vue aux yeux de tous, c’est que j’en ai le droit. (Ou sinon, il aurait trouvé quelque chose pour m’en empêcher)

Il ne nous a pas donné le libre-arbitre après tout ?

 

Et puis de toutes façon, il vaut mieux qu’il y ait des types comme moi parlant de Dieu comme un humain (ou un Super Humain si vous préférez !), que des types comme certains qui n’hésitent pas à massacrer et tuer soit disant en son nom.

Posté par Lezly à 22:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Et Dieu ?

    Que dire ?

    Tu as de telles réflexions que je ne sais que mettre pour faire office de commentaire. Dire que c'est tout simplement excellent ? Très bien rédigé ? Je ne sais pas c'est banal, et pourtant tellement vrai ^^.

    En tous les cas je suis bien d'accord avec toi sur ce sujet. Et tu en parles vraiment bien (comme d'habitude tu m'diras !). Je pense que l'on est bien obligé de se poser pas mal de questions face à cet article.

    Et tu as bien aison, il en faut des types comme toi et bien sur qui valent bien mieux que ces gens qui tuent "pour" Dieu (ces histoires sont tellement paradoxales !).

    Bref, bisous !

    Posté par Sandy, 27 juillet 2009 à 22:27 | | Répondre
Nouveau commentaire